Azteca

Forel, A., 1899, Biologia Centrali-Americana; or, contributions to the knowledge of the fauna and flora of Mexico and Central America. Insecta. Hymenoptera. 3 (Formicidae)., London: Unknown Publisher, pp. -1--1: 104-107

publication ID

8170

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/3757D215-7ED9-2F2F-49EE-76FB57492A6E

treatment provided by

Christiana

scientific name

Azteca
status

 

AZTECA  HNS  .

Azteca  HNS  , Forel, Bull. Soc. Vaud. Sci. Nat. (2) xv. p. 384 (1878); Dalla Torre, Cat. Hymen. vii. p. 163.

L'examen d'un grand nombre de [[ male ]] et de [[ queen ]] d' Azteca  HNS  me permet de declarer constant et definitif le type de leur aile que j'ai indique sur celui d'un hermaphrodite de l'A. muelleri  HNS  . Elles n'ont qu'une cellule cubitale. La nervure transverse s'unit a la nervure cubitale a son point de partage. La cellule radiale est fermee. Cela distingue ce genre des Liometopum  HNS  et de presque tous les Dolichoderinae  HNS  .

Il est fort singulier que jusqu'a ces dernieres annees, specialement jusqu'a la belle monographie d' Emery [Mem. Accad. Sci. Bologna, (5) iii. pp. 119 - 152 (1893), Monogr. Gen. Azteca  HNS  , Forel], ce genre si considerable et si abondant dans les forets tropicales de l'Amerique n'ait ete connu que par deux ou trois especes, dont on ignorait meme les [[ male ]]. Fritz Mueller a rendu ces fourmis celebres par sa decouverte de la symbiose de l' Azteca muelleri, Emery  HNS  , avec le Cecropia peltata a Blumenau, arbre qui donne a

l' Azteca  HNS  sa nourriture, tandis que celle-ci le defend contre la destruction de ses feuilles par les Atta  HNS  .

En Colombie j'ai eu l'occasion d'observer beaucoup d' Azteca  HNS  , car la foret en est remplie. Leurs moeurs - etudiees malheureusement seulement a la course, pendant un court voyage - offrent beaucoup de points communs:

Les Azteca  HNS  sont (sauf une seule espece parmi celles que j'ai observees) toutes tres guerrieres, vivent exclusivement sur les arbres, ou peu s'en faut, marchent en relevant l'abdomen qu'elles font pirouetter en tout sens, comme les Tapinoma  HNS  , ce qui correspond a la forme de cet organe et du pedicule. Sans exception, elles repandent toutes une forte odeur de Tapinoma  HNS  des qu'on les inquiete, et c'est cette secretion de leurs glandes anales qui les rend si redoutables. Je les ai vu mettre ainsi en desarroi et en fuite une armee d' Eciton hamatum  HNS  bien plus gros qu'elles et arme d'un aiguillon.

Les Azteca  HNS  font leur nid soit dans des arbres creux, soit en carton, sur les troncs ou les branches d'arbres. Leurs nids de carton sont tres elegants, suspendus autour des derniers rameaux, parmi les feuilles (voir Tab. II. fig. 3) ( Azteca chartifex  HNS  ), ou a des branches plus fortes en forme de cone renverse ou de stalactite, ou encore adosses a un tronc ou a une branche en forme d'outre, avec le bas renfle et le haut plus ou moins raminci. Ces nids, surtout les grands, adosses aux troncs ou a de grosses branches, ont une surface curieusement sculptee, c'est a dire que le carton y forme des bas reliefs en forme de larmes geantes et aplaties. Les nids sont en general elargis et arrondis en bas, attenues en haut. On distingue par cet aspect les nids d' Azteca  HNS  des nids de termites dans la foret. Souvent ils sont a une grande hauteur qui empeche de les atteindre. Pour m'en procurer un pareil, j'ai du faire abattre au machete un grand Cecropia, par notre guide. Quelques-uns etaient assez bas pour etre atteints. Le carton de ces nids est delicat et friable, varie du reste selon les especes. Tandis que l' A. chartifex, r. multinida  HNS  , fait des nids gros comme le poing, d'autres especes en forment de fort grands. J'en ai mesure un ( Azteca lacrymosa  HNS  ) de 70 centimetres de hauteur sur 40 cm. de largeur et 20 cm. d'epaisseur, adosse au tronc d'un arbre.

Les Azteca  HNS  forment souvent des colonies sur le meme arbre, c'est a dire que la meme fourmiliere y construit plusieurs nids qui demeurent en relations constantes d'amitie les uns avec les autres. Des observateurs superficiels ont pris ces nids pour des nids de termites envahis par des fourmis. Il n'est cependant pas difficile de les distinguer de ceux des termites arboricoles qui sont beaucoup plus durs et ont une autre architecture interne et externe. L'enveloppe lacrymiforme des nids d' Azteca  HNS  cartonnieres est formee d'une mince couche de carton qui menage de nombreuses ouvertures cachees comme des meurtrieres sous les " larmes " citees plus haut, de sorte qu'on ne les voit qu'en regardant obliquement. Les cases et galeries periferiques du nid sont plus ou moins aplaties et cette partie est tres fragile. Au centre par contre, les cases sont plus arrondies et le carton est plus consistant.

Un grand nombre d'autres Azteca  HNS  vivent dans les arbres creux. Il m'a ete en somme impossible, faute de temps et d'instruments, de constater si ces dernieres font oui ou non un nid en carton dans l'interieur de l'arbre, comme le Lasius fuliginosus  HNS  et le Liometopum microcephalum  HNS  d'Europe. Cela ne parait pas etre le cas de Y Azteca muelleri  HNS  , observee par Fritz Mueller, mais l' Azteca constructor  HNS  , Emery, construit un nid de carton dans les cavites de son Cecropia. Je considere la chose comme probable pour les especes qui n'offrent pas de symbiose ou d'adaptation speciale. Dans un arbre creux a S. Antonio, j'ai pu sortir un peu de carton du nid d'une Azteca  HNS  . C'est la seule fois que cela m'a ete possible. J'ai enfin observe deux especes d' Azteca  HNS  dont l'une habite sur les rochers de la foret dans des galeries de carton qui serpentent sur ces rochers comme celles du Cremastogaster stollii  HNS  sur les arbres, tandis que l'autre ( A. hypophylla  HNS  , n. sp.) vit sous les feuilles d'une plante grimpante. Les feuilles de cette plante s'appliquent tres exactement, plus encore que celles du lierre, contre l' ecorce de l'arbre. L' Azteca  HNS  se borne a coller entierement le bord de la feuille a l' ecorce avec son carton et vit avec sa famille sous les feuilles ainsi transformees en loges tres aplaties. Le corps de cette Azteca  HNS  est aussi tres aplati. D'autres especes sont adaptees a certaines plantes d'une facon ou de l'autre.

Sauf cette derniere espece, toutes les Azteca  HNS  que j'ai vues, tant les cartonnieres que celles qui vivent dans le creux des arbres, sortent en masse et avec fureur, des qu'on approche de leur arbre. Lorsqu'on frappe l'arbre avec force, c'est une legion de ces petits defenseurs qui sort de partout et se jette avec rage sur l'agresseur. Il n'est pas commode de prendre un nid d' Azteca  HNS  en carton. En un instant on est couvert de fourmis de la tete aux pieds. N'ayant pas d'aiguillon, elles ne peuvent cependant que mordre, chatouiller et repandre la secretion odorante de leurs glandes anales.

Autant que j'ai pu en juger, les Azteca  HNS  paraissent etre surtout carnivores et vivre de rapines. Elles considerent leur arbre comme leur domaine qu'elles se disputent avec les Pseudomyrma  HNS  . Mais il est probable qu'il y en a d'autres qui se nourrissent plutot de substances vegetales, comme l' A. muelleri  HNS  . Ce sont surtout les Azteca  HNS  qui sont les reines des arbres de la foret vierge americaine, et je commence a croire que les epines et les poils laineux des Atta  HNS  leur servent surtout a se proteger contre les Azteca  HNS  . Quant on ne visite que les ports et les lieux cultives, on ne se doute pas de la presence des Azteca  HNS  dans la faune americaine. Il faut entrer dans la veritable foret vierge ou au moins sur ses confins pour les trouver et observer leur role.

La symbiose de Y Azteca muelleri  HNS  avec le Cecropia peltata est un cas special qu'il faut se garder de generaliser pour le genre Azteca  HNS  . Wasmann a fait observer que le mimetisme ne se developpe que lorsque la forme du corps, la couleur ou les m oe urs d'une espece lui avaient deja prepare le terrain, c'est a dire lorsque des analogies fortuites preexistantes avaient prepare un avantage a ceux des individus dont l'analogie s'accentue tout specialement. Eh bien! il me parait en etre de meme avec la symbiose. - Natura non fecit saltum. Nous avons vu l'instinct du jardinage des champignons se developper peu a peu chez les Attii. De meme je crois que la symbiose de l' Azteca muelleri  HNS  s'est developpee en partant de la base biologique generale des Azteca  HNS  , dont le domaine sont les arbres, qui vivent dans leurs cavites et qui defendent ce domaine avec acharnement contre les ravages des Atta phyllotomes. De ce fait general a l'adaptation speciale de telle ou telle espece d' Azteca  HNS  a un arbre special et surtout a un Cecropia, dont le tronc est creux, il n'y a qu'un pas bien facile a faire du cote de la fourmi. Ce qui est plus difficile a expliquer est la part active que prend d'apres Mueller le Cecropia peltata a la nutrition de l' Azteca muelleri  HNS  par la production des corpuscules de Mueller.

Au point de vue biologique, on peut donc en somme diviser les Azteca  HNS  en trois groupes assez naturels: -

1 °. Truncicoles (Truncicola). - Ce sont les especes qui habitent indifferemment l'interieur des troncs d'un arbre quelconque plus ou moins excave, mort ou pourri, en y construisant ou non du carton: instabilis  HNS  , velox  HNS  , delpini  HNS  , etc., en general poilues.

2 °. Cartonnieres (Chartifices). - Celles qui font des nids de carton a l'air libre, a la surface des troncs ou des branches d'arbres (peut-etre aussi sur les rochers): chartifex  HNS  , festai  HNS  , lacrymosa  HNS  , lallemandi  HNS  .

3 °. Adaptees (Adaptatae). - Celles qui sont adaptees (avec symbiose ou non) a un arbre (Cecropia) ou une plante speciale: muelleri  HNS  , constructor  HNS  , alfaroi  HNS  , coeruleipennis  HNS  , angusticeps  HNS  , depilis  HNS  , schumanni  HNS  (adaptee aux vesicules des feuilles d'un Chrysobalanea), virens  HNS  , tonduzi  HNS  , hypophylla  HNS  , xanthochroa  HNS  .

Les especes corticicoles ( fasciata  HNS  , Em., polymorpha  HNS  , For.) rentrent dans le groupe 1.