Camponotus cervicalis

Forel, A., 1891, Histoire naturelle des Hymenopteres. Deuxieme partie: Les Formicides., Histoire Physique, Naturelle et Politique de Madagascar., Paris: L'Imprimerie Nationale, pp. 1-231: 19-22

publication ID

10.5281/zenodo.9896

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/1DD42770-D03A-30B5-5163-0D54FBC2FA35

treatment provided by

Donat

scientific name

Camponotus cervicalis
status

 

3. CAMPONOTUS CERVICALIS  HNS  , Roger.

(Pl. I, fig. 3 et 3".)

Camponotus cervicalis, Roger  HNS  , Berliner entomologische Zeitschrift (1863).

[[worker]] Major. Longueur 14 à 15 mill. Très rapproché du C. Dufouri  HNS  , mais stature beaucoup plus robuste. Tête large de 4,2, longue (sans les mandibules) de 4,5 mill. Longueur d'un scape 4,6, d'un tibia postérieur 5,3 mill. Forme générale des grandes races du C. maculatus  HNS  , en particulier du C. Pompejus  HNS  , mais un peu plus élancé. Mandibules grandes, armées de sept larges dents, à bord externe fortement courbé un peu avant son tiers antérieur, très finement chagrinées, à reflet un peu soyeux, avec des points enfoncés épars allongés et quelques grosses stries courtes derrière les dents. Tête fortement excavée derrière, à côtés à peine convexes, avec sa largeur maximum aux angles postérieurs. Epistome faiblement ou à peine caréné, à lobe antérieur presque rectangulaire (un peu élargi devant). Aire frontale large, très courte, peu distincte. Thorax comme chez le C. maculatus  HNS  . Convexité du métanotum absolument uniforme, sans trace de distinction entre une face basale et une face déclive. Ecaille épaisse à sa base, un peu biconvexe, faiblement conique, avec une surface tronquée devant en bas, tranchante à son bord supérieur. Vue de derrière, elle est ovale. Pattes grandes et fortes. Tibias assez comprimés, subprismatiques, avec quatre ou cinq piquants à leur extrémité seulement(autour de l'éperon).

Tête finement réticulée et semi-luisante. Les fosses antennaires, le front et le vertex sont finement et densément réticulés-ponctués et presque mats. Thorax finement réticulé-ridé transversalement et assez luisant, de même que l'écaillé, l'abdomen et les pattes. La ponctuation éparse superposee est très espacée et effacée sur le devant de la tête, presque nulle ailleurs.

Pubescence jaunâtre, très courte, très fine et assez espacée partout. D'assez longs poils d'un jaune brunâtre parsemés un peu partout, plus courts sur les joues. Il y en a une rangée autour de l'écaillé. Les tibias et les scapes ont une pilosité fine, courte, oblique, assez abondante, jaunâtre.

D'un brun jaunâtre, testacé. Dessus de la tête (sauf les angles posté- rieurs), mandibules, tarses et une bande étroite transversale très indistincte vers le bord postérieur de chaque segment abdominal d'un brun foncé. Scapes d'un noir brunâtre. Tibias plus foncés que les cuisses.

[[worker]] Minor. Longueur 9,5 à 12 mill. Tête ([[worker]] minima) large de 1,5, longue de 2,8 mill. (sans les mandibules). Longueur d'un scape 3,7, d'un tibia postérieur 4,3 mill. Très grêle. Mandibules armées de six dents, à bord extérieur plus faiblement courbé vers son quart anté- rieur, très faiblement et finement chagrinées et faiblement ponctuées; leur bord terminal n'est pas plus long que le bord interne et beaucoup plus court que le bord externe. Tête très étroite, ayant son maximum de largeur au bord antérieur, fortement rétrécie en arrière, surtout derrière les yeux. Occiput très étroit, presque colliforme, aussi étroit que l'extré- mité antérieure du pronotum. Vue de côté, la tête est aussi tout à fait amincie en arrière et a son épaisseur maximum au milieu des arêtes frontales. Les yeux sont aussi éloignés du bord postérieur que du bord antérieur de la tête. Epistome à peine subcaréné, à lobe antérieur rectangulaire, arrondi. Ecaille, vue de côté, conique, épaisse à sa base, plus épaisse que large, mais bien moins épaisse que chez le C. Dufouri  HNS  , presque acuminée au sommet. Tibias grêles, presque arrondis, un peu comprimés.

Finement ridée-réticulée et luisante partout. Pubescence et pilosité comme chez la [[worker]] major, mais l'écaillé n'a que trois ou quatre poils.

D'un jaune testacé pâle, parfois un peu brunâtre; tarses, scapes et mandibules, surtout les dents et souvent quelques nuages transversaux sur l'abdomen plus ou moins brunâtres.

[[queen]]. Longueur environ 17 mill. Caractères de la [[worker]] major. Mandibules beaucoup plus petites, plus courtes, plus fortement ponctuées, à bord externe beaucoup moins courbé. Mésonotum finement réticulé, luisant. Bandes brunes de l'abdomen plus larges et plus distinctes. Tibias se rapprochant de la forme prismatique, cannelés sur leurs faces comprimées. Du reste identique à la [[worker]] major. Les ailes manquent.

[[male]]. Longueur 11 mill. Comme la [[worker]] et la [[queen]], et exactement de la même couleur testacée. Bandes brunâtres de l'abdomen bien visibles. Lobe de l'épistome très distinct, en forme de trapèze. Tête très rétrécie derrière les yeux. Sur le devant du mésonotum, un grand nombre de petites lignes coupées, transversales, brunâtres, courtes, régulièrement espacées, qui lui donnent un aspect tigré. Ecaille conique, échancrée au sommet. Ailes grandes, avec une apparence de teinte jaunâtre; nervures pâles.

Madagascar ([[worker]] minor, Roger); forêts de l'Est ([[worker]] major et minor, M. Humblot); Nosihé ([[queen]] récoltée par M. Réveillé, que je dois à l'obligeance de M. Emery); Nosibé ([[male]] du Musée de Hambourg) (M. O'Swald).